70 RUE DIDOT 75014 +33145437909
image
le blog
  • les posts les plus lus

    en ce moment

  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
  • image
image

Lissfactor veut révolutionner le monde des cosmétiques avec son "lissage japonais"

18-nov-2015

Rhizlaine et Rachida Jebrane ont créé en 2005 Lissfactor, une entreprise de cosmétiques aux produits innovants qui compte sur le made in France pour s’exporter. Selon elles, 45 % des jeunes qui ont les cheveux frisés rêvent d’avoir les cheveux lisses.

Avoir les cheveux lisses, c’est un rêve d’enfant pour Rhizlaine et Rachida Jebrane, deux soeurs franco-marocaines. Si ce rêve est partagé « par 45 % des jeunes qui ont les cheveux frisés », précisent-elles, « les produits proposés sur le marché sont non seulement corrosifs mais donnent de piètres résultats ». Au début des années 2000, alors qu’elles sont étudiantes, Rhizlaine, la plus jeune, est en école de commerce et Rachida, l’aînée, est en école d’informatique et gestion. Elles profitent d’un voyage au Japon pour se pencher sur le marché local des cosmétiques. C’est là qu’elles vont découvrir le « lissage japonais », un produit qui « va révolutionner leur vie ».

«Deux ans pour trouver la formule miracle»
Nous nous sommes retrouvées face à un produit miraculeux tant par sa composition que par ses résultats. Seul hic, sa formule était adaptée au seul marché nippon », explique aujourd’hui Rhizlaine Jebrane, 33 ans. « Tout de suite, nous avons su qu’il y avait un marché à prendre, mais il nous fallait l’inventer. Nous savions que cela nous prendrait du temps, de l’argent, de l’énergie, mais nous étions sûres de nous », renchérit sa soeur Rachida. Elles vont investir leurs 30 000 € d’économies dans l’affaire car il faudra deux ans à leur cosmétologue japonais pour trouver la formule miracle. Deux ans durant lesquels les deux soeurs vont vivre à plein, entre études, petits boulots alimentaires et réflexion sur leur future société.

Entre 400 et 800 euros le lissage
En 2005, elles ont alors 23 et 26 ans, Rhizlaine et Rachida Jebrane sont à peine diplômées qu’elles lancent Lissfactor, avec l’ambition de révolutionner le marché avec leur « lissage japonais », « un produit innovant, naturel et efficace ». « Pour beaucoup de personnes, explique l’aînée, avoir les cheveux frisés ou crépus est un complexe. Avec notre produit, impossible de deviner que la personne aux cheveux lisses sort de chez le coiffeur. » « Pour nous positionner, se rappelle Rhizlaine, nous y sommes allées au culot et nous avons convié les 20 plus prestigieux coiffeurs parisiens à découvrir notre lissage. » Pari réussi, le très chic coiffeur Massato signe et devient leur premier client. Pour un lissage, il faut compter entre 400 et 800 €, « c’est un service premium car c’est du sur-mesure. De plus, précisent les dirigeantes, notre prestation est rémunératrice pour le coiffeur, ce qui n’est pas toujours le cas. C’est un modèle gagnant pour tous, le client, le coiffeur et nous » !

Un réseau de 6 000 coiffeurs dans l’Hexagone
Aujourd’hui, Lissfactor, qui emploie une petite dizaine de salariés, dégage un chiffre d’affaires de plus de 600 000 €, en croissance de 45 % sur l’année. La société, qui a désormais une gamme de 20 produits capillaires, s’appuie sur un réseau de près de 6 000 coiffeurs en France. Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 10 ans l’an prochain, elle entend, « après avoir obtenu sa légitimité des professionnels, se faire mieux connaître du grand public ». Le réseau de distribution devrait être prochainement étoffé, notamment vers les parapharmacies et les grandes surfaces spécialisées.

50% du chiffre d’affaires à l’international
Enfin, en 2015, cap sur l’internationalisation. « Nous voulons faire rayonner notre expertise cosmétique made in France car il y a encore de la place pour des acteurs innovants et exigeants », s’enthousiasme Rhizlaine. Lissfactor, dont les produits sont déjà en vente dans une vingtaine de pays, du Brésil au Qatar en passant par le Maroc et la Russie, réalise déjà 40 % de son chiffre d’affaires hors de France. « A chaque zone géographique, il faut une réponse adaptée et, dès l’année prochaine, nous réaliserons plus de 50 % de notre activité à l’international », promettent d’une même voix Rhizlaine et Rachida Jebrane.